Vous êtes ici : Accueil → Projets en cours → Deafness, Brain & Visual Languages → Recherches actuelles → Langue des Signes


► Etude des liens entre les capacités en langue des signes/langue parlée et en langue écrite chez les sujets sourds

Responsables : J. Leybaert, B. Charlier & V. Schmets

Actuellement, malgré les progrès audiologiques réalisés avec les implants cochléaires, des difficultés générales en lecture sont toujours observées parmi les jeunes sourds. Deux modèles théoriques opposés expliquent le processus de lecture chez les personnes sourdes. Le modèle phonologique se centre sur la phonologie en langue parlée (LP) en tant que prédicteur principal du niveau de lecture. Le modèle linguistique se centre quant à lui sur les habiletés en langue des signes (LS) afin de rendre compte des différences observées entre les bons lecteurs et les mauvais lecteurs sourds. Le but de cette recherche est de dépasser cette opposition entre les deux modèles en considérant tous les facteurs prédictifs tels que les compétences phonologiques et linguistiques en LP ainsi qu’en LS et de mettre en évidence les variables pertinentes telles que le contexte éducationnel, le mode de communication utilisé, le niveau d’audition,… Cette recherche pourrait permettre de proposer un modèle alternatif en lecture, différent du modèle phonologique. A un niveau plus clinique, cette recherche pourrait mener à des nouvelles pratiques éducationnelles avec les enfants présentant des difficultés en lecture. 



► Etude des traitements phonologiques en langues visuelles (Langue des Signes et LPC) et en langue orale

Responsables : C. Colin & J. Leybaert

Le projet consiste à recueillir les réponses comportementales et électrophysiologiques (potentiels évoqués) lors de tâches de jugement de rimes (langue orale parlée ou codée) ou de jugement sur lieu d’articulation des signes à partir de dessins ou de mots écrits. Nous cherchons à mettre en évidence les décours temporel, et les localisations cérébrales des traitements des unités phonologiques  dans les langues orales et les langues visuelles. Un travail de mémoire en neuropsychologie a été réalisé par Tatiana Zuinen (2009) 


► 
Etude comportementale et  
électrophysiologique du traitement sémantique en langue des signes : effet de la précocité d’acquisition de la langue


Responsables : C. Colin & J. Leybaert

 


Le bilinguisme entre langue orale et langue des signes est-il différent du bilinguisme entre deux langues orales ? Pour répondre à cette question, nous souhaitons receuillir les réponses comportementales et électrophysiologiques lors de traitement sémantiques effectués en langue écrite et en langue des signes. La tâche employée est une tâche de jugement sémantique de phrases, dans laquelle les sujets doivent évaluer si une phrase est sémantiquement correcte ou non. Ces traitements seront investigués chez divers groupes de participants : personnes entendantes ou sourdes, ayant appris la langue des signes précocement ou tardivement, expertes ou débutantes, etc. Ceci nous permettra de mettre en évidence d'éventuels effets de privation auditive, d'acquisition tardive de la langue ou de niveau d'expertise sur les traitements sémantiques en langue des signes.

Un mémoire de logopédie a été effectué par Diane Lecat. Ce premier travail concernait deux groupes de personnes entendantes ayant appris la Langue des Signes Belge Francophone tardivement (au-delà de l'âge de 20 ans). Ces deux groupes se différenciaient par leur niveau d'expertise en langue des signes : en deuxième ou en cinquième année de cours du soir. Les résultats suggèrent que les traitements sémantiques effectués par ces personnes entendantes sont représentés différemment lors de l'apprentissage d'une langue des signes que si cela avait été une seconde langue orale. L'hypothèse suivante a été avancée : dans le cas de l'apprentissage d'une seconde langue orale, les participants vont se baser sur les indices phonologiques et/ou orthographiques de leur langue native pour les transférer à cette seconde langue. L'apprentissage d'une langue signée nécessiterait par contre de tout reprendre dès le départ en intégrant la phonologie, la sémantique et la morphosyntaxe de la langue à partir d'éléments visuo-spatiaux.